Un Jardin écologique… c’est quoi?

La question est large et j’en aurais long à dire!

 

Succinctement, un jardin écologique est un jardin qui combat les changements climatiques, les inondations et les sécheresses, la pollution, conserve l’énergie et les ressources, et supporte les écosystèmes… et ce à toutes les étapes du processus, de la conception à la réalisation jusqu’à l’utilisation!

 

 

 

Le Jardin le plus écologique qui soit, c’est celui dont on aura rien touché, rien coupé, rien déplacé. Celui pour lequel on aura aucune attente mais dont on sait de quoi il est capable. C’est celui qui est disponible pour la faune et la flore indigène, celui qu’on protège et qu’on partage. Il ne demande pas d’entretien, s’autorégule lui-même et nous enseigne la résilience et la subsistance par son existence même.

Le jardin le plus écologique qui soit ressemble à cela:

 

 

 

Mais la vie et la société étant ce qu’elles sont, en milieu urbain et périubain, on hérite souvent de quelque chose qui ressemble plus à des déserts de gazon et/ou d’asphalte:

 

 

 

Le jardin ou le paysage écologique s’impose alors dans d’autres termes… La transition qu’il impose,

  • tient compte du soleil et des vents dominants, de l’ombrage des bâtiments l’été et des îlots de chaleur l’été;
  • prend avantage des effets bénéfiques du soleil l’hiver;
  • crée des écosystèmes et des éco-habitats;
  • réduit ou élimine les surface gazonnées;
  • utilise l’eau efficacement;
  • réduit les surfaces asphaltées ou bétonnées;
  • limite les distances de transport des équipes de travail, des matériaux;
  • privilégie l’achat de plantes indigènes;
  • privilégie les matériaux durables, naturels et de provenance locale;
  • protège le site avant, pendant et après la construction;
  • épargne le ciel étoilé;
  • minimise l’utilisation d’outils et de machineries électriques et-ou à combustion;
  • privilégie des méthodes d’irrigation les moins technologiques possibles!;
  • privilégie la biodiversité;
  • maximise la séquestration du carbone dans les sols et les végétaux;
  • minimise la perturbation et la compaction des sols;
  • supporte les pollinisateurs et la faune indigène;
  • contrôle les plantes envahissantes;
  • et supporte la récolte de fruits sauvages.

 

Le tout doit évidemment être fait en collaboration avec le client et les utilisateurs, avec une touche artistique, beaucoup de sensibilité, de curiosité et d’empathie!